Les rendez-vous collectionneurs

Déjà 7 années que la N5 Galerie explore la sphère de l’art contemporain pour faire découvrir sur ses cimaises montpelliéraines les œuvres d’artistes émergents et/ou confirmés. Par des expositions et des rencontres la galerie initie et sensibilise un large public d’amateurs et de collectionneurs d’art.

Cette nouvelle exposition intitulée « Les rendez-vous collectionneurs… été 2022 » se veut, une fois de plus, ouverte sur tous les médiums (dessin, photographie, volume, collage, peinture, …) sans aucune hiérarchisation et avec une sélection artistique toujours exigeante et diverse.

Avec un accrochage ample et précieux qui réunit les artistes que nous défendons avec fierté et passion, nous vous proposons, au regard et à la vente, un choix pointu et éclectique d’œuvres.

Ici les peintures d’une foisonnante richesse picturale de Ralf Altrieth côtoient les élégants paysages Cévenols fait d’huile sur toile de Laure Boin. Les personnages au stylo bille de Stéphane Dupuis posent à coté des peintures d’échappées imaginaires de Chrystèle Gonçalves. Le monde surréaliste au traits minutieux de graphite d’Yves Helbert discute avec les peintures à la cire de Pascale Hugonet. Les délicats dessins à l’encre de Chine d’Hélène Hampartzoumian se confrontent aux œuvres colorées et viscérales d‘Alain Marciano. Les dessins et écrits élaborés à l’envers de papier maturé de Michèle Mascherpa font face aux minutieux collages décalés et délicieusement jubilatoires de Dominique Nicolas. Les gravures des belles endormies de Mme S. scrutent les collages composés à partir de chutes d’atelier d’Anne Saligan. Les photographies intuitives de Delphine Sauret rencontrent l’univers raffiné des dandys de Vincent Puren. Autant de médiums et de représentations, entre abstraction et figuration, évoluant de la couleur au noir profond … Cette exposition estivale saura conquérir l’amateur avisé et le collectionneur d’art.
Au plaisir de vous y accueillir !

Les rendez-vous collectionneurs… été 2022
Une exposition collective à découvrir du 24 juin au 23 juillet 2022

PALINOPSIE

Au travers de « filtres » qui seraient la peinture, le dessin, … une distance s’opère entre l’image originale qui a inspirée l’artiste et l’œuvre finale. Notre perception visuelle est titillée par de multiples stimulus semblables aux nombreuses techniques et effets de style utilisés par l’artiste. La figure est là mais s’efface, laisse place à la trace de sa présence sans quitter totalement la scène. Une sacralisation de l’image qui nous plonge dans une nostalgie bienveillante.

« L’arrestation de Floyd », série les boulettes – encre et pastel sur papier – 97 cm x 177 cm – 2021

Qu’il s’agisse à l’origine de clichés personnels et autobiographiques ou de photographies puisées dans la presse ou sur les réseaux, Jihane Khélif compose de nouvelles images convoquant un questionnement sur le faire et le cheminement de l’œuvre. Elle brouille les frontières entre dessin, peinture et photographie. Par des cadrages surprenants, des points de vue souvent incongrus, elle revisite le genre traditionnel du portrait dévoilant souvent les faiblesses du corps : corps hospitalisé, corps endormi, corps violenté… Plane alors dans l’esprit du regardeur l’ombre de la mort, dans une forme de vanité contemporaine. Parfois, elle laisse place à l’inachevé, au flou, au vide, ou à un graphisme vif poussant l’image au seuil de l’abstraction. L’imagination du regardeur prend alors le relai. Ses propres souvenirs pourront entrer en résonance. Par la couleur, la lumière, les contrastes et le travail de la matière, elle fait vibrer notre regard. Superposant cela à des thématiques souvent chargées émotionnellement et parfois polémiques, elle grave dans notre mémoire une cicatrice intemporelle.

« Les femmes d’Alger », série Album n°1 – encre, pastel et huile sur toile – 90 cm x 115 cm – 2018

Jihane Khélif est née le 16 octobre 1982 à Nogent sur Marne. Elle grandit à Marseille et y fréquente dès son plus jeune âge l’annexe de l’école des Beaux-Arts. Elle y développera sa passion pour le dessin et la peinture, puis poursuivra son parcours artistique à la Faculté de Lettres et Arts d’Aix-Marseille. En 2004 et 2013, elle réussit les concours du Capes et de l’Agrégation d’Arts Plastiques qui lui permettrons d’enseigner et s’installe dans l’Aude où elle continue ses recherches plastiques dans son atelier.

La palinopsie (du grec palin « répétition » et opsie « vue ») est un trouble de la perception visuelle caractérisé par la persistance anormale ou la réapparition des images après disparition de celle-ci. Elle est dite « illusoire » lorsque l’image est floue, de basse résolution ou « hallucinatoire » en cas de persistance de l’image nette sur une longue durée.

PALINOPSIE
une exposition de Jihane Khélif
Du 23 mars au 23 avril 2022
Vernissage le mardi 22 mars 2022, de 17h à 20h, en présence de l’artiste

RETOUR EN IMAGES SUR L’EXPOSITION

CONVERSATIONS

La N5 Galerie vous propose de commencer l’année 2022 avec un nouvel accrochage et des œuvres inédites !

Cette nouvelle exposition se veut, une fois de plus, ouverte sur tous les médiums (dessin, photographie, volume, collage, peinture, …) sans aucune hiérarchisation et avec une sélection artistique toujours exigeante et diverse. Nous vous proposons, au regard et à la vente, un choix pointu d’œuvres, de nouvelles créations, de multiples numérotés, de livres d’artistes, de pièces uniques signées de petits et grands formats. Autant d’idées cadeaux
originaux à offrir et s’offrir pour ces fêtes de fin d’année.

CONVERSATIONS une exposition collective de
Ralf Altrieth – Laure Boin – Stéphane Dupuis – Alexandre Gilibert – Chrystèle Gonçalves – Yves Helbert – Pascale Hugonet – Hélène Hampartzoumian – Itchi Alain Marciano – Michèle Mascherpa – Dominique Nicolas – Mme S.
Anne Saligan – Delphine Sauret – Vincent Puren – Françoise Vadon
Exposition prolongée du 12 au 29 janvier 2022

RETOUR EN IMAGES SUR L’EXPOSITION

NO PROHIBIDA

N5G_NO PROHIBIDA_exposition_galerie_Montpellier_2020-1petit

Depuis l’Antiquité les artistes ne cessent d’interpréter le désir amoureux, de saisir une pulsion charnelle : c’est l’instinct le plus universel dans l’histoire de l’homme à travers l’art. L’érotisme a inspiré quelques-unes des plus belles créations de l’histoire de l’art (des peintures de Botticelli, des sculptures de Michel-Ange, Rodin ou Louise Bourgeois pour ne citer qu’eux). Mais voilà, ce qui est considéré comme beau et sensuel par l’un, est jugé lascif et obscène par l’autre. De nombreux artistes, en leur temps, en ont d’ailleurs fait les frais (Courbet et L’origine du monde, Rembrantd et Le lit à la Française, ou plus proche de nous des artistes comme Nan Goldin, Mapplethorpe, …).
L’érotisme et la sexualité dans l’histoire de l’art ne s’expriment pas de la même façon au fil des siècles. La création suit l’évolution de la société, se faisant plus explicite aux périodes libérées … Et ce n’est pas sans poser problème ! Hier, aujourd’hui et inévitablement demain.
Faisant fi de la montée en puissance de la critique morale et de la censure actuelle, nous vous proposons une vision subtile, plurielle et décloisonnée du sexe, des fantasmes et du désir à travers le regard de 26 artistes, soit une sélection de plus d’une centaine d’œuvres sublimant les corps, les sexualités et l’érotisme.

N5G_galerie_no prohibida_exposition_artiste_montpellier_2020

Ici, une peinture d’André Cervera évoque un libertinage réjouissant représenté par une généreuse variété d’instruments de plaisir , là, Julie Dalmon dessine des étreintes sur des omoplates de veau. Puis, une sculpture de Matthieu Faury nous donne à découvrir un homme enceinte (qui s’inspire de l’histoire vraie de Thomas Beatie, transgenre). En regardant de plus près cet autre œuvre signée Claudie Dadu, on distingue des scènes X dessinées au cheveu. Là, une fiole en verre remplie de l’urine de Charlotte Caragliu au titre évocateur de Golden shower trésor. Des dessins au graphite d’Yves Helbert (qui entreprend savamment le nu dans l’art du selfie) côtoient des textes débridés brodés sur des sacs à main de Benedict Vallas … : la multiplicité des représentations et des médias nous offre décidément de bien voluptueuses émotions !

Comme une invitation à une rencontre entre désir et imaginaire, cette exposition n’a pas seulement vocation à séduire le spectateur « averti », mais à le transporter …

« NO PROHIBIDA » du 13 mai au 18 juillet 2020
CETTE EXPOSITION EST DESTINÉE À UN PUBLIC AVERTI !

N5G-galerie-artistes-exposition-mai-2020-2
Les artistes Juli About, Æ, François Benard, Laure Boin, Corine Borgnet, Charlotte Caragliu, Axelle Carruzzo, André Cervera, Stéphanie Chardon, Marie-Cécile Conilh de Beyssac, Claudie Dadu, Julie Dalmon, Karine Debouzie, Léo Dorfner, Matthieu Faury, Yves Helbert, Cécile Hug, Amélie Joos, Cendres Lavy, Stéphanie Lobry, Michèle Mascherpa, Florence Mirol, Gilles Olry, Julie Perin, Mme S., Bénédict Vallas.

RETOUR EN IMAGES SUR L’EXPOSITION

N5G_galerie_NO_PROHIBIDA_exposition_mai_montpellier_2020_14
N5G_galerie_NO_PROHIBIDA_exposition_mai_montpellier_2020_18

UNE PARTIE DES ARTISTES LORS DE L’APRÈS DÉCROCHAGE DE L’EXPOSITION

LA PRESSE EN PARLE

Retour complet et documenté sur l’exposition « NO PROHIBIDA » par Jean-Luc Cougy pour le site « en revenant de l’expo ».
Pour lire l’article, cliquez sur l’image ci-dessous.

N5 galerie_exposition_presse_en revenant de l'expo_Montpellier

À VENDRE

Cet été, dans le premier espace de la galerie, vous pourrez découvrir une exposition collective et évolutive intitulée :
« À VENDRE ».
Titre évocateur sur notre rapport à l’œuvre… et à l’artiste.
La question est simplement posée : iriez-vous jusqu’à acheter une œuvre ?

N5 galerie_carton_exposition_artistes_a vendre_Montpellier_2019_petit

Nous travaillons au quotidien pour combattre les poncifs récurrents, ancrés dans la conscience collective. Pour un trop grand nombre de personne, l’art contemporain n’est ni accessible intellectuellement ni financièrement !

Depuis 4 ans déjà, notre galerie se veut ouverte sur tous les médiums (dessin, photo, volume, peinture, …) sans aucune hiérarchisation et avec une sélection artistique toujours exigeante et diverse. Nous accueillons tous les publics et ne cessons de transmettre notre passion pour l’art, auprès du collectionneur ou du simple « amateur ».
Plus que jamais notre discours insiste sur le fait que l’art est accessible au plus grand nombre et qu’il est un vecteur de lien social important. Par sa nature universelle, l’art questionne notre rapport au monde et enrichit notre patrimoine commun sans stigmatisation d’âge, de genre, d’origine ou encore de statut social.

Pour cette exposition, la sélection d’œuvres des artistes que nous suivons et que nous promouvons depuis plus de quatre ans, sera accompagnée de cartels portant l’inscription « À VENDRE ». Sur ces derniers seront inscrit, en plus de tous les éléments qui présentent habituellement l’œuvre, les émotions qu’elle peut procurer, l’importance et le plaisir de faire entrer l’art chez soi, et les multiples possibilités et facilités d’acquisitions.

Une fois de plus, nous espérons avec cette exposition changer la vision de l’art contemporain, faciliter son rayonnement dans tous lieux (privés, entreprises, institutions, …) prouver qu’il est accessible intellectuellement et financièrement à tous.

Exposition collective et évolutive des artistes de la galerie
« À VENDRE »
du 4 juin au 20 juillet 2019
du mercredi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 18h30
Vernissage le mardi 4 juin de 17h à 20h

N5 galerie_exposition_artiste_Montpellier_2019-11

21-N5_galerie_exposition_artistes_a vendre_montpellier_2019_3

 

OBTA

En découvrant la performance « OBTA » du chorégraphe/plasticien montpelliérain Patrice Barthès, Nathalie Sapin a été bouleversée par sa beauté plastique et sa force. OBTA fait appel au vocabulaire du tango argentin. Deux danseurs interprètent un espace-temps rigoureusement cadré par une composition musicale dédiée de Didier Aschour. Les deux interprètes de la performance (Karinna Pantaleo et Patrice Barthès) vont tourner autour d’une sphère lumineuse, posée au sol, dans le sens contraire des aiguilles d’une montre comme traditionnellement dans le bal tango. Les corps sont cliniquement dénudés sur les parties qu’il est d’usage de masquer et réciproquement… La peau et la sphère opèrent comme acteurs de la lumière et créent un contraste qui génèrent une tension sensuelle toute en retenue, on pourrait presque dire érotique…

N5 galerie_carton_exposition_photographie_Obta_Nathalie Sapin_Montpellier_2019_petit

Suite à ce choc visuel, Nathalie Sapin a immédiatement souhaité retranscrire ses émotions perçues sur surface sensible. Elle propose à Patrice Barthès de se retrouver dans la magie d’une salle obscure (au Centre national dramatique de Montpellier), convoque et s’en remet à la fée lumière, pour un « OBTA » face appareil photo et caméra.
La série, tirée sur aluminium, présentée ici, fait trace. Certaines photographies témoignent, fidèles à la performance. D’autres, délibérément plus abstraites, reflètent les sensations fugaces de sa première vision.

book Lucie Folch

Événement :


En même temps que l’exposition de photographies, le vendredi 24 mai, de 17h à 20h, sera projeté pour la première fois le film « OBTA » réalisé en décembre 2017 par Nathalie Sapin.

Interprètes : Karina Pantaléo, Patrice Barthès
Musique : Didier Aschour
Durée : 17mn 30 ¨

« Comment retranscrire les sensations provoqués en moi lors de la performance sur un capteur vidéo ? Durant quatre jours, je tente de produire avec mes outils fétiches : lumière, corps, camera ce que j’appelle « ma danse ».
Pour chaque projet, c’est au montage que je réécris. C’est aussi à ce moment là que le projet prends corps, et balaie tout ce que j’ai échafaudé avant. J’ai choisi un plan séquence, restitution fidèle de la performance comme base de montage. Puis j’ai cherché comment renforcer l’effet d’aspiration des corps par la boule lumineuse « soleil central ». Un autre point important était de trouver un équilibre entre voir et percevoir, de jouer avec les limites acceptables du capteur numérique, tout en conservant la part d’obscurité de la performance. Cette part sombre nous donne accès direct à la notre, à nos fantômes intérieurs, à nos soleils cachés » Nathalie Sapin

Capture-du-film-Obta
Capture d’écran du film OBTA

Exposition « OBTA » de Nathalie Sapin
du 7 mai au 8 juin 2019
du mardi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 18h30
Vernissage le vendredi 10 mai 2019 de 17h à 20h
+ projection du film « OBTA » réalisé par Nathalie Sapin
le vendredi 24 mai de 17h à 20h

L’exposition « OBTA » de l’artiste Nathalie Sapin est également présentée dans le cadre du « Hors les murs » du festival de photographies Les boutographies 2019

N5_galerie_exposition_photo_OBTA_Nathalie_Sapin_Montpellier_2019_5

N5_galerie_exposition_photo_OBTA_Nathalie_Sapin_Montpellier_2019_8

N5_galerie_exposition_photo_OBTA_Nathalie_Sapin_Montpellier_2019_6

© N5 GALERIE / Les visuels des œuvres présentés sur ce site ne sont pas libres de droits / Pas d’utilisation commerciale autorisée / Pas de modification des œuvres autorisée.

 

 

Collections #1

N5 galerie_exposition_Photographie_Paul Marie Grangeon_Montpellier_mai_2018

Collectionneur dans l’âme, Paul-Marie Grangeon accumule une multitude de séries d’objets qui peuplent les lieux qu’il occupe. Chaque objet est l’écho d’une facette de la personnalité du collecteur, qui comme tout collectionneur a tendance à éparpiller les objets dans une sorte de randomisation a priori sans chercher à y accorder un sens particulier. Mais lorsque le collectionneur se fait photographe et porte son regard sur son propre chaos, de cette perception originelle émergent des histoires, qui de photographie en photographie racontent la personne qui a présidé à cet univers intime.

Ce même univers se construit sur la durée, celle du temps qui fait de l’accumulation une collection. Chaque photo est alors une concrétion mémorielle, une stratigraphie autobiographique dans les souvenirs et les imaginaires qui se sont mélangés au gré des mouvements tectoniques d’une vie. Chacune est une histoire qui entremêle les thèmes semblant structurer la personnalité de l’auteur entre enfance, tradition, militantisme, religion et sexualité dans un kaléidoscope de couleurs et de lumières patinées par le temps. (extrait du texte de Loic Fel , philosophe, commissaire d’expositions)

N5 galerie_Paul Marie Grangeon_exposition_photographie_Montpellier_2018_Collections_2
« Collections #1 » de Paul-Marie Grangeon
« Une part de nous, une partie de toi » d’Anne Guillaume
Du 3 mai au 9 juin 2018
Vernissage le jeudi 3 mai de 17h à 20h30

N5 galerie_Paul Marie Grangeon_Collection_exposition_photo_Montpellier_2108

N5 galerie_le refuge_17 mai 2018_exposition_performance_video_installation_Montpellier_2018

Le jeudi 17 mai de 16h à 20h « Genre humain »
N°5 galerie propose un temps fort pour la journée internationale contre l’homophobie et la transphobie en créant un événement en partenariat avec l’association Le Refuge. En parallèle à l’exposition « Une part de nous, une partie de toi » d’Anne Guillaume et à l’exposition « Collections #1 » de Paul-Marie Grangeon, présentées à la galerie, nous vous proposons une rencontre avec des membres de l’association à partir de 16h, ainsi qu’une installation-lecture à partir de textes témoignages de 18h à 20h de nombreuses interventions artistiques.

N5 galerie_le refuge_17 mai_montpellier_2018

N5 galerie_exposition_photographie_Paul Marie Grangeon_Anne Guillaume_le refuge_mai_2018

Ces deux expositions sont présentées
dans le cadre du Hors les murs des Boutographies 2018
En partenariat avec le lieu multiple montpellier
et
En partenariat avec l’association le refuge

logo_hd-le_refuge

Une part de nous, une partie de toi

La masculinité et la féminité génèrent un ensemble flou de codes genrés qui peuvent devenir pour certain un carcan étouffant. Les idées préconçues et autres stéréotypes censés définir ce qu’est un homme ou une femme ne font qu’exacerber le fait que ces normes ne conviennent pas à tous et mettent au rang de la société de nombreuses personnes.

Dans cette exposition, il est question de reflets d’identités indéterminées, incomprises parfois, de minorités souvent invisibles que l’artiste sublime avec énormément de justesse, de sensibilité et sans filtres. Des portraits de personnes à l’identité multiple, ambiguë, dépassant toutes notions de masculin/féminin. Visages puissants, légitimes, séduisants, fiers, alors pourquoi les cacher ?

N5 galerie_exposition_Photographie_Anne Guillaume_Montpellier_mai_2018
Montrer ces portraits, qui s’évadent de toute sorte de classification binaire, pousse le spectateur à s’interroger sur la notion d’être. Ne faut-il pas déconstruire ces codes, parler des conséquences de la pression genrée sur les hommes et les femmes, ouvrir le débat ?

« Montréal, Octobre 2011, je marche dans la rue quand, face à ce visage familier que je ne connais pas, je suis frappée par la liberté exprimée par son corps. En une fraction de seconde, ce visage devient multiple et je veux savoir qui  »ils sont ». Je fais d’abord la connaissance de Kim qui m’emmène un soir au Phoenix où je commence à photographier. Mon geste devient compulsif, j’y retourne dès que je peux, suis des groupes, me fais des amis et commence à rencontrer le milieu underground de Montréal. J’aime ces visages que je prends au flash et de manière très rapprochée. J’aime sentir la fête, la danse, la musique, sentir mon corps dans la nuit. Cette nuit où l’inverse du jour s’exprime, où notre part de vérité se transforme et nous entraine vers cet autre que moi. La nuit, face ouverte des possibles et des expressions libres, je photographie. De Montréal, Toronto à Paris, j’ai continué ce travail, que je présente pour la première fois à N°5 galerie », nous dit Anne Guillaume.

N5 galerie_exposition photographie_Anne Guillaume_Montpellier_2018_3
Photographe, sculpteur et commissaire d’exposition, Anne Guillaume a étudié à l’école des beaux-arts de Marseille dont elle sort diplômée en 2003. Depuis quelques années, l’artiste se consacre essentiellement au monde de l’image, que ce soit par la photographie ou la vidéo. Son travail, sans artifice ni mise en scène, interroge simplement l’humain, tentant d’être au plus proche de son sujet.

« Une part de nous, une partie de toi » d’Anne Guillaume
« Collections 1 » de Paul-Marie Grangeon
Du 3 mai au 9 juin 2018
Vernissage le jeudi 3 mai de 17h à 20h30

N5 galerie_Anne Guillaume_expo_photo_Montpellier_boutographies_mai_2018

Retour en images sur le vernissage :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

N5 galerie_le refuge_17 mai 2018_exposition_performance_video_installation_Montpellier_2018

Le jeudi 17 mai de 16h à 20h « Genre humain »
N°5 galerie propose un temps fort pour la journée internationale contre l’homophobie et la transphobie en créant un événement en partenariat avec l’association Le Refuge. En parallèle à l’exposition « Une part de nous, une partie de toi » d’Anne Guillaume et à l’exposition « Collections #1 » de Paul-Marie Grangeon, présentées à la galerie, nous vous proposons une rencontre avec des membres de l’association à partir de 16h, ainsi qu’une installation-lecture à partir de textes témoignages de 18h à 20h et de nombreuses interventions artistiques.

N5 galerie_le refuge_17 mai_montpellier_2018

N5 galerie_exposition_photographie_Paul Marie Grangeon_Anne Guillaume_le refuge_mai_2018


Ces deux expositions sont présentées
dans le cadre du Hors les murs des Boutographies 2018
En partenariat avec le lieu multiple montpellier

et
En partenariat avec l’association le refuge
logo_hd-le_refuge

 

Photomatic

Une exposition de Cyril Hatt présentée
du 6 mai 2017 au 10 juin 2017
Exposition proposée dans le cadre du parcours Hors les murs des Boutographies 2017

n5-galerie_montpellier_2017_cyril_hatt_photomatic_exposition_photographie_artistes

Cyril Hatt développe une pratique de la sculpture singulière pour laquelle la photographie se fait volume. Il recrée, à leur échelle et en trois dimensions, les objets photographiés (sous tous leurs angles) en utilisant le tirage papier comme matériau. Il lui fait subir une série de détournement, d’altérations et de montages en opérant volontairement avec des moyens simples, aussi peu technologiques que possible. Paradoxalement bricolé et sophistiqué, le résultat est particulièrement troublant. Les pièces ainsi reconstituées en ont le caractère à la fois hyperréaliste, trompeur et virtuel. Cyril Hatt joue avec notre perception du volume et bouscule nos pensées sur la réalité, l’image, la perception, la représentation.

« La stéréophotographie est un procédé qui permet de créer l’illusion du relief en superposant deux photographies prises d’un même objet ou lieu, mais à partir de points de vue légèrement différents, recréant la distance entre les deux yeux. C’est de centaines de points de vue qu’à besoin Cyril Hatt pour recréer le relief sans passer par l’illusion d’optique. Si l’on y regarde de plus près, l’illusion ne tient pas : tous les objets qui voudront bien se laisser prendre aux ambiguïtés photographiques de Cyril Hatt, sont non pas des reconstitutions mais des fantômes. Creux, vides, hâtivement collés avec les moyens du bord, ce sont à plus d’un titre, des illusions. Illusion de l’image, illusion du relief, tentation illusoire de posséder le corps et l‘âme de l’image. Avec des moyens techniques sommaires et une patience à toute épreuve, Cyril Hatt reconstitue, souvent dans l’à peu prés causé par le calage des images, ce qui est tombé devant son objectif. Objets courants, tentation moderne, outils obligés, tout y passe. Pour dire que tout objet (même de consommation) est illusion ? Il rejoindrait alors l’ordre symbolique de la nature morte des seizième et dix-septième siècle. Un monde silencieux, une vie en attente. Observation et patience lui permettent donc de reconstituer des formes humbles où usage et usure se rejoignent. Ici mobylettes, voitures, appareils électriques et outils ménagers, paires de chaussures ou appareils photographiques ne sont plus pris dans la mode ou la tentation. En les privant de leur séduction, en les remontant comme des puzzles, en fragilisant tout ce qui faisait leur valeur marchande, Cyril Hatt les fait passer en contrebande du côté de l’art. » (extrait du texte De natura rerum de François Bazzoli)

4_n5_galerie_exposition_photographe_cyril_hatt_panneau_boutographies_montpellier_mai_2017

« Photomatic » de Cyril Hatt
Du 6 mai 2017 au 10 juin 2017
Du mardi au samedi de 11h à 13h et de 14h à 18h30
Vernissage le mardi 9 mai de 17h à 20h

Retour en images sur le vernissage :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ouvrir le champ des possibles

N°5 GALERIE - MONTPELLIER exposition photographie mars 2016 - Ouvrir le champ des possibles - Delphine Sauret - Anabelle Fouache - Sween Renault - Yannick Delen

N°5 GALERIE a le plaisir de vous proposer un voyage convoquant la polysémie du langage photographique. Quatre « temps de pause », quatre écritures, quatre artistes liés par le même médium : la photographie. Libre à chacun d’entre nous d’interpréter ces propositions au regard de notre expérience personnelle, de notre culture et de notre sensibilité…

Sween Renault (Prix Réponse Photo Boutographies 2014 et 1er Prix OFF festival 2015) présente ici « Gaza, été 2014 », une œuvre composée de 16 images (récupérées sur internet) qui traite d’un évènement marquant : la guerre de Gaza à l’été 2014. Ces 16 images, délibérément recardées afin de supprimer tout contexte, jouent sur l’ambiguïté d’une image et de son sens en laissant planer un trouble qui oscille entre beauté visuelle et horreur du sujet.

Étudiant à L’École nationale supérieure de la photographie d’Arles, Yannick Délen nous propose un « Palimpseste » de métal, attaqué avec le temps par la rouille et laissant apparaître une suite de feuillets, comme pour y inscrire de nouvelles écritures (carto)graphiques…

À travers la « Balade d’Alice », inspirée du conte de Lewis Carroll, Delphine Sauret nous parle d’une nature en transformation. Le bois, les arbres nous rappellent notre rapport au temps, l’histoire de la vie et de la mort. Qu’elles soient imprimées sur latex, sur papier hahnemühle ou argentique, les photographies de Delphine Sauret nous accompagnent vers des cheminements mentaux liés à l’intime et aux racines des êtres.

Avec ses propositions de la série « Hinayana », Anabelle Fouache expérimente des itinéraires dont elle invente la technique en transformant l’image d’origine, pour glisser vers l’abstraction. Grâce à des processus d’impression perturbés, chaque tirage devient unique, s’éloignant du simple rendu photographique pour témoigner de cet espace d’altération.

« Ouvrir le champ des possibles »
Delphine Sauret, Anabelle Fouache, Sween Renault et Yannick Délen
Prolongation jusqu’au samedi 4 juin 2016.
FINISSAGE le samedi 4 juin à 15h en présence de l’artiste Delphine Sauret.

Swen Renault et Yannick Délen seront également exposés à la galerie le lieu multiple montpellier (3 rue de Moissac) du 31 mars au 16 avril 2016.

Retour en images sur le vernissage de l’exposition « Ouvrir le champ des possibles » :

En partenariat avec la galerie le lieu multiple montpellier.