Nowhere

Cette exposition est construite comme un carnet de voyage protéiforme à l’image d’un artiste libre de toutes contraintes. Un meltingpot créatif empreint de culture populaire aux inspirations intimes et multiples.

C’est en effet la vie, ses rencontres, ses réactions face à son environnement qui nourrissent les projets plastiques de Denis Brun. C’est par le prisme de sa sensibilité qu’il les formalise. Comme une interface, entre sa conscience et ce qui l’entoure, qui animerait son processus créatif. Ainsi naît un vocabulaire d’objets, de formes, d’images ou d’attitudes à même de rendre compte de son état émotionnel du moment. La poésie technique et l’intention onirique de l’artiste sont mises en avant, tout en laissant sa libre interprétation par le spectateur.

La liberté est la constance invariable de ses réalisations. Sans aucun interdit, il use de toutes sortes de matériaux et de médiums pour créer une narration où l’on peut se retrouver et projeter sa propre imagination. L’artiste ne pose aucune hiérarchie entre ces pratiques : “Chacune procure, dit-il, sa façon propre d’appréhender la réalité, chacune apporte sa souffrance spécifique.” L’ensemble de ses réalisations est comparable à un road movie où le passé et le présent, comme une même épine dorsale, est en constante transformation. Présenter des travaux récents et plus anciens pour cette exposition est donc rapidement devenu une évidence.

L’exposition « Nowhere » nous immerge dans une grande liberté créative. L’artiste réactive provisoirement une sensation enfantine du « beau » pour finalement l’extraire de son contexte affectif originel afin de l’appréhender de manière plus distante, amusée, moqueuse et jouissive.

N5 galerie_carton_exposition_Denis Brun_1Biographie de Denis Brun par Denis Brun :

« Je suis né par accident en 1966 dans la même clinique que Jean-Yves Jouannais.
Je travaille et je vis à Marseille mais pas uniquement.
Je vis aussi chez mes amis d’Anvers, de Liège, de Nice, de Paris, ou alors dans certains endroits que je visite, car j’adore partir de chez moi plus ou moins longtemps, même si je me sens très bien là où je vis actuellement.
Je travaille dans le train, dans l’avion, à la piscine quand je fais des longueurs, quand je marche pour me rendre à la gare, quand je prends mon longboard pour aller faire mes courses, quand je regarde SouthPark, que j’écoute East Village Radio, Studio Bruxelles, ou quand je fais du vélo.
je fais de la peinture en pensant à la musique, que je fais des vidéos en pensant à la peinture et à la musique, que je fais de la « basse-couture » en pensant à la photographie ou au sexe, que je fais de la musique en pensant à la vidéo, à la peinture au dessin ou à l’écriture et que j’écris en pensant à toutes ces choses en même temps. Pour la céramique je ne pense à rien donc aucun intérêt à m’étendre sur le sujet.
Quant au…sujet… de mon travail, hormis le fait que j’en sois le centre plus ou moins direct, j’essaie par tous les moyens dont je dispose, de le masquer, par jeu ou par pudeur.
Je m’efforce de créer des histoires tendant vers l’abstraction, sans la moindre hiérarchie dans les médiums utilisés, afin qu’il en résulte une forme de narration fictionnelle prenant ses origines dans le sens commun que j’utilise comme dernière balise avant le grand saut dans le vide.
Je pense que la particularité peut-être une qualité, mais j’essaie aussi en permanence, de dépasser mes limites techniques et intellectuelles, avec comme seul but de faire un meilleur travail quel qu’il soit.
Et même si la poésie technique me semble plus appropriée que la prouesse technique, l’intention onirique reste primordiale, tout comme sa libre interprétation par le spectateur. « 

Exposition « Nowhere » de Denis Brun
du 5 février au 16 mars 2019

Vernissage le mardi 5 février, à partir de 17h en présence de l’artiste.

Happy hours

N5 galerie_exposition_Collages_Happy Hours_ITCHI_Montpellier_2018_2019C’est un moyen d’expression qui a été utilisé par les mouvements cubiste, dadaïste et surréaliste, entre autres. Aujourd’hui encore, il s’impose comme une pratique artistique à part entière se libérant d’une description ressemblante de la réalité. Le collage crée de nouvelles formes et nous propose de nouvelles configurations visuelles et mentales.

Après avoir participé à l’exposition collective « Collages » présentée à la galerie en 2016, l’artiste parisien Itchi revient pour un solo show et nous présente ses dernières réalisations.
« HAPPY HOURS » est une série de collages à travers laquelle l’artiste replonge dans l’iconographie des années 50 et 60. Il utilise ces images comme une palette gaie, souriante, débordante d’une joie de vivre empruntée à une Amérique insouciante offrant au monde un nouveau rêve collectif. Au-delà des belles Cadillac, de ses stars éclatantes et de sa jeunesse flamboyante, l’époque représente un repère esthétique aisément identifiable dont l’artiste fait le matériau premier de ses œuvres. Un visage, une silhouette, un costume, un objet, une attitude, un titre de journal constituent souvent le point de départ de ses compositions. Il les met en scène, les embellit, les détourne souvent, leur donne de nouveaux rôles toujours, leur associe des traits de peinture, des formes géométriques, des éléments typographiques, le tout sur différents supports : carton, toile, papier, bois…

L’ensemble, harmonieux d’équilibre, sensible d’expression et bienveillant de principe, suscite tendresse, émotion, enchantement… Itchi souffle, loin des affres contemporaines, un vent d’optimisme frais, volontairement candide mais d’une incontestable modernité, celui des heures résolument heureuses : happy hours, après tout.

Itchi_N°5_galerie_Montpellier

Itchi vit et travaille à Paris.
Diplômé en communication visuelle, il a fondé et travaillé au sein du collectif de design graphique « Les Mégalos » de 2009 à 2012. Aujourd’hui, il est artiste et illustrateur indépendant, dans le secteur de l’édition, la presse, la culture… Il a notamment participé à la décoration d’un hôtel 5 étoiles, réalisé des affiches pour un théâtre parisien ou pour le cinéma, ou encore des pochettes de disques. Il expose régulièrement en France et à l’étranger (Belgique, États-Unis, Italie, Angleterre,…)

1_Ca Tourne_collage et transfert sur couverture de livre_16 x 25 cm_72dpi

Exposition « Happy Hours » d’Itchi
15 novembre 2018 > 20 janvier 2019
Vernissage en présence de l’artiste
le jeudi 15 novembre 2018 de 17h à 20h30

en partenariat avec la galerie le lieu multiple montpellier

N5 galerie_vernissage_exposition_collage_Happy Hours_Itchi_Montpellier_2018_1

N5 galerie_vernissage_exposition_collage_Happy Hours_Itchi_Montpellier_2018_2

N5 galerie_Itchi_exposition_collage_Happy Hours_Montpellier_2018

Vue Du Dehors #1

Comme chaque année, même si la N5 galerie prend sa pause estivale, elle n’entend pas pour autant stopper sa vocation à diffuser et promouvoir les artistes contemporains. Avec l’envie de capter un public toujours plus large, initié ou pas à l’art contemporain, nous vous proposons un instant de réflexion, d’émotion, d’ouverture… par le biais de la vision d’un artiste. La galerie vous présente durant toute sa période de fermeture aoûtienne « Vue du dehors #1 ».
Pour cette première édition, l’artiste plasticienne Florence Mirol propose une installation in situ visible 24h/24 en passant par la rue Sainte Anne.
Il est question ici de notion de voyage, l’envie « d’embarquer » le spectateur dans un espace temps ou l’imaginaire de chacun fera évoluer l’histoire.

N5 galerie_exposition_Florence Mirol_installation artistique_Montpellier_VDD#1_2018« Mes travaux artistiques sont des lieux, des traversées.
J’utilise mes images et les reconstruit, comme un travail d’archives, je recycle mes propres images. Ou encore prends des photos d’objets archéologiques. Je cherche à « profaner » le temps. Suranné et présent, actuel et mélancolique. C’est pourquoi j’explore différents média : la photographie, l’installation, l’écriture, la vidéo. Les œuvres que je conçois sont des projections, des transformations, chacune procède d’un cadrage, d’une esthétique, d’une composition précise et choisie.
Sous différentes formes, je développe un imaginaire mental lors de mes voyages, liant souvent le mot à l’image, créant un univers poétique, en devenir, évitant ainsi une narration didactique. Je cherche dans l’image à opérer des déplacements, déconstruire, reconstruire, transformer, trouver une nouvelle (image). Une énigme où se croisent le temps et le destin?
Depuis 2016 mes travaux artistiques  s’articulent autour du thème de « Tout ce qui ne touche pas terre », un espace de travail enveloppant mes principaux axes de recherches artistiques: le déplacement, l’écoulement du temps, l’image qui évolue. »

Née en 1973, Florence Mirol vit et travaille à Nîmes
DNSAP / DNSEP 1995-2000 Beaux-Arts de Nîmes

plasticienne, photographies, installations, images, textes

« Vue du dehors #1 »  une installation de Florence Mirol
à découvrir du 5 au 28 août 2018

aide à la création d’œuvre en coproduction
 N5 galerie – le lieu multiple montpellier

N5 galerie_Florence Mirol_ VDD#1_accrochage exposition_Montpellier_aout_2018

N5 galerie_Florence Mirol_ VDD#1_accrochage exposition_Montpellier_aout_2018_3

N5 galerie_exposition_presse_l art vues_Montpellier_2018_pub
« Vue du dehors #1 » – Août 2018

La règle du jeu

N5 galerie_carton exposition_Celine Marin_Maxime Parodi_dessin_la regle du jeu_Montpellier_septembre_2018

Pour la troisième année consécutive, nous vous proposons une rentrée sous le signe du dessin contemporain, autour du salon Drawing room 2018, en vous présentant cette année les œuvres de Céline Marin et Maxime Parodi.

Matt Mullican dit que «
le dessin traduit une manière de penser ».

Céline Marin et Maxime Parodi, deux artistes niçois de la même génération, proposent ici le résultat d’un jeu réalisé à quatre mains… Ils ont décidé au préalable des règles de celui-ci, pour s’obliger mutuellement à emprunter une voie nouvelle dans leur pratique personnelle du dessin, en ménageant une ouverture à l’aléatoire.
Ainsi ont-ils eu recours à un générateur de mots en ligne attribuant, pour chaque dessin à exécuter, trois mots. Chaque artiste a produit à partir de cette pioche aléatoire, permettant ensuite une confrontation et une collaboration sur un terrain neutre, faisant fi de toute subjectivité sur le fond afin de mieux la révéler dans la forme.
N5 galerie_exposition_Celine Marin_Maxime Parodi_dessin_Montpellier_septembre_2018_2
Il s’agit par ailleurs pour l’un comme pour l’autre de se laisser la liberté de produire en dehors de ses préoccupations habituelles, retrouver le plaisir du « dessin pour le dessin » sans que ce dernier ne s’inscrive dans un plus vaste projet, l’extraire du travail de série commun à chacun des deux.
Avec cette production commune sous contrainte ouvrant la constitution d’une imagerie commune, l’imaginaire et le style de chacun est impliqué et préservé, tout en proposant des récits ou fictions multiples…et nouveaux !

N5 galerie_exposition_dessin_Céline Marin_Maxime Parodi_Montpellier_2018_Venrnissage

Exposition « LA RÈGLE DU JEU » de Céline Marin et Maxime Parodi
Du 4 septembre au 20 octobre 2018
Vernissage le mardi 4 septembre de 17h à 20h30
Autour du salon Drawing room 2018
en partenariat avec la galerie le lieu multiple montpellier

Retour sur les éditions précédentes :
Autour du salon Drawing room 2017
Autour du salon Drawing room 2016

Retour en images sur le vernissage :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La presse en parle :

N5 galerie_Céline Marin_Maxime Parodi_exposition_Dessin_presse_LM_Montpellier_2018
« La règle du jeu » – Septembre 2018

Collections #1

N5 galerie_exposition_Photographie_Paul Marie Grangeon_Montpellier_mai_2018

Collectionneur dans l’âme, Paul-Marie Grangeon accumule une multitude de séries d’objets qui peuplent les lieux qu’il occupe. Chaque objet est l’écho d’une facette de la personnalité du collecteur, qui comme tout collectionneur a tendance à éparpiller les objets dans une sorte de randomisation a priori sans chercher à y accorder un sens particulier. Mais lorsque le collectionneur se fait photographe et porte son regard sur son propre chaos, de cette perception originelle émergent des histoires, qui de photographie en photographie racontent la personne qui a présidé à cet univers intime.

Ce même univers se construit sur la durée, celle du temps qui fait de l’accumulation une collection. Chaque photo est alors une concrétion mémorielle, une stratigraphie autobiographique dans les souvenirs et les imaginaires qui se sont mélangés au gré des mouvements tectoniques d’une vie. Chacune est une histoire qui entremêle les thèmes semblant structurer la personnalité de l’auteur entre enfance, tradition, militantisme, religion et sexualité dans un kaléidoscope de couleurs et de lumières patinées par le temps. (extrait du texte de Loic Fel , philosophe, commissaire d’expositions)

N5 galerie_Paul Marie Grangeon_exposition_photographie_Montpellier_2018_Collections_2
« Collections #1 » de Paul-Marie Grangeon
« Une part de nous, une partie de toi » d’Anne Guillaume
Du 3 mai au 9 juin 2018
Vernissage le jeudi 3 mai de 17h à 20h30

N5 galerie_Paul Marie Grangeon_Collection_exposition_photo_Montpellier_2108

N5 galerie_le refuge_17 mai 2018_exposition_performance_video_installation_Montpellier_2018

Le jeudi 17 mai de 16h à 20h « Genre humain »
N°5 galerie propose un temps fort pour la journée internationale contre l’homophobie et la transphobie en créant un événement en partenariat avec l’association Le Refuge. En parallèle à l’exposition « Une part de nous, une partie de toi » d’Anne Guillaume et à l’exposition « Collections #1 » de Paul-Marie Grangeon, présentées à la galerie, nous vous proposons une rencontre avec des membres de l’association à partir de 16h, ainsi qu’une installation-lecture à partir de textes témoignages de 18h à 20h de nombreuses interventions artistiques.

N5 galerie_le refuge_17 mai_montpellier_2018

N5 galerie_exposition_photographie_Paul Marie Grangeon_Anne Guillaume_le refuge_mai_2018

Ces deux expositions sont présentées
dans le cadre du Hors les murs des Boutographies 2018
En partenariat avec le lieu multiple montpellier
et
En partenariat avec l’association le refuge

logo_hd-le_refuge

Une part de nous, une partie de toi

La masculinité et la féminité génèrent un ensemble flou de codes genrés qui peuvent devenir pour certain un carcan étouffant. Les idées préconçues et autres stéréotypes censés définir ce qu’est un homme ou une femme ne font qu’exacerber le fait que ces normes ne conviennent pas à tous et mettent au rang de la société de nombreuses personnes.

Dans cette exposition, il est question de reflets d’identités indéterminées, incomprises parfois, de minorités souvent invisibles que l’artiste sublime avec énormément de justesse, de sensibilité et sans filtres. Des portraits de personnes à l’identité multiple, ambiguë, dépassant toutes notions de masculin/féminin. Visages puissants, légitimes, séduisants, fiers, alors pourquoi les cacher ?

N5 galerie_exposition_Photographie_Anne Guillaume_Montpellier_mai_2018
Montrer ces portraits, qui s’évadent de toute sorte de classification binaire, pousse le spectateur à s’interroger sur la notion d’être. Ne faut-il pas déconstruire ces codes, parler des conséquences de la pression genrée sur les hommes et les femmes, ouvrir le débat ?

« Montréal, Octobre 2011, je marche dans la rue quand, face à ce visage familier que je ne connais pas, je suis frappée par la liberté exprimée par son corps. En une fraction de seconde, ce visage devient multiple et je veux savoir qui  »ils sont ». Je fais d’abord la connaissance de Kim qui m’emmène un soir au Phoenix où je commence à photographier. Mon geste devient compulsif, j’y retourne dès que je peux, suis des groupes, me fais des amis et commence à rencontrer le milieu underground de Montréal. J’aime ces visages que je prends au flash et de manière très rapprochée. J’aime sentir la fête, la danse, la musique, sentir mon corps dans la nuit. Cette nuit où l’inverse du jour s’exprime, où notre part de vérité se transforme et nous entraine vers cet autre que moi. La nuit, face ouverte des possibles et des expressions libres, je photographie. De Montréal, Toronto à Paris, j’ai continué ce travail, que je présente pour la première fois à N°5 galerie », nous dit Anne Guillaume.

N5 galerie_exposition photographie_Anne Guillaume_Montpellier_2018_3
Photographe, sculpteur et commissaire d’exposition, Anne Guillaume a étudié à l’école des beaux-arts de Marseille dont elle sort diplômée en 2003. Depuis quelques années, l’artiste se consacre essentiellement au monde de l’image, que ce soit par la photographie ou la vidéo. Son travail, sans artifice ni mise en scène, interroge simplement l’humain, tentant d’être au plus proche de son sujet.

« Une part de nous, une partie de toi » d’Anne Guillaume
« Collections 1 » de Paul-Marie Grangeon
Du 3 mai au 9 juin 2018
Vernissage le jeudi 3 mai de 17h à 20h30

N5 galerie_Anne Guillaume_expo_photo_Montpellier_boutographies_mai_2018

Retour en images sur le vernissage :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

N5 galerie_le refuge_17 mai 2018_exposition_performance_video_installation_Montpellier_2018

Le jeudi 17 mai de 16h à 20h « Genre humain »
N°5 galerie propose un temps fort pour la journée internationale contre l’homophobie et la transphobie en créant un événement en partenariat avec l’association Le Refuge. En parallèle à l’exposition « Une part de nous, une partie de toi » d’Anne Guillaume et à l’exposition « Collections #1 » de Paul-Marie Grangeon, présentées à la galerie, nous vous proposons une rencontre avec des membres de l’association à partir de 16h, ainsi qu’une installation-lecture à partir de textes témoignages de 18h à 20h et de nombreuses interventions artistiques.

N5 galerie_le refuge_17 mai_montpellier_2018

N5 galerie_exposition_photographie_Paul Marie Grangeon_Anne Guillaume_le refuge_mai_2018


Ces deux expositions sont présentées
dans le cadre du Hors les murs des Boutographies 2018
En partenariat avec le lieu multiple montpellier

et
En partenariat avec l’association le refuge
logo_hd-le_refuge

 

Anatomie(s)

N5 galerie_le lieu multiple_musee Atger_exposition_Anatomies_Montpellier_vernissage_2018_2Le musée Atger de Montpellier possède une collection exceptionnelle de dessins et d’estampes des écoles française, italienne et nordique du XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, patiemment rassemblée par l’amateur d’art averti Xavier Atger qui l’a donnée au début du XIXe siècle à la Faculté de médecine. Par les dessins classiques nus et études académiques, le thème du corps traverse la collection Atger et s’inscrit pleinement dans un lieu dédié à la médecine et à l’anatomie.
N°5 galerie et le lieu multiple montpellier proposent, en invitant 10 artistes contemporains dans cette exposition-parcours, de conjuguer découverte ou redécouverte de ce patrimoine exceptionnel et résonance avec la création plasticienne d’aujourd’hui sur le thème de l’anatomie.
Gisèle Bonin pratique le dessin d’anatomie quasiment au sens étymologique, en découpant un fragment de corps pour le transposer, lentement et en changeant d’échelle, sur le papier : de quoi se détacher suffisamment du réel pour une promenade mentale…

Marie-Cécile Conilh de Beyssac, à travers l’utilisation de médiums variés, transcende les flux et reflux de sa propre existence : fragments d’empreintes de peaux sur latex, dessins d’endoscopie réalisés au fusain, dessins d’organes féminins sur objets du quotidien, évocation d’un passé rétrograde…
Clara Castagné, dans ses peintures des séries Anatomies, Les grands maux et Matrix, revisite en les détournant les planches anatomiques scolaires, nous invitant gaiement et crûment à sublimer (un instant ?) nos angoisses existentielles…
Aurélie Denis, dans ses dessins à l’encre de chine ou au pastel gras de couleur, se représente elle-même, corps à l’œuvre, empreint de désir, de mouvement, de projection mentale liée au geste…
Colin G., passionné des collections muséales d’anatomies, propose en clin d’œil des sculptures de simili-organes recouvertes de chewing-gum, mâché par la machinerie humaine même et redevenant des objets organiques, à la fois étrangers et intimes…
Cécile Hug, avec ses moulages de parties du corps (oreilles, tétons,…) qu’elle présente en installations déclinées à l’envi, propose une cartographie de petits territoires de sensualité, à parcourir comme un blason (court poème de la Renaissance éloge de détail anatomique)…

Stéphanie Lobry, après des études universitaires en biologie, sculpte aujourd’hui au crochet (seule ou de manière participative) des anatomies d’organes humains, aux dimensions parfois monumentales, comme pour mieux sublimer ce qui est en nous.. Dominique Nicolas, par l’entremise de ses scalpels aiguisés, propose des collages où d’anciennes planches anatomiques se retrouvent embarquées dans une dialectique facétieuse avec des volatiles de tout poil…
Armelle de Sainte Marie, dans ses compositions peintes, dessinées ou gravées, propose des formes hybrides, interfaces entre le minéral et l’organique : évocations, rencontres ou métamorphoses de tissus, os et humeurs issues du corps…
Nissrine Seffar centre son travail artistique sur les prélèvements d’empreintes des deux côtés de la Méditerranée, aux endroits où s’est fait l’histoire, souvent dans la douleur. Elle propose ici des moulages de viscères d’animaux, illustrant la sensation d’être pris aux tripes par la destinée des faibles de ce monde…

Lieux et dates des expositions et évènements associés :
1/ Musée Atger2, rue de l’école de médecine – Montpellier
du 7 mars au 13 avril 2018 – lundi, mercredi et vendredi de 13h30 à 17h45
2/ N°5 Galerie5, rue Ste Anne – Montpellier09 81 05 39 75
du 13 mars au 21 avril 2018 – du mardi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 18h30
3/ le lieu multiple montpellier3, rue de Moissac – Montpellier06 07 40 10 16
du 22 mars au 7 avril 2018 – du mercredi au samedi de 15h30 à 19h

N5 galerie_Gisele Bonin_exposition_Anatomies_Dessin_Montpellier_mars_avril_2018
Cécile Bonin
N5 galerie_le lieu multiple_musee Atger_exposition_Anatomies_Montpellier_Gisele Bonin_MC Conilh de Beyssac_2018
Marie-Cécile Conilh de Beyssac
N5 galerie_Cecile Hug_exposition_Anatomies_Montpellier_mars_avril_2018
Cécile Hug
N5 galerie_Stephanie Lobry_exposition_Anatomies_Montpellier_mars_avril_2018
Stéphanie Lobry
N5 galerie_Nissrine Seffar_exposition_Anatomies_Montpellier_mars_avril_2018
Nissrine Seffar

N5 galerie_exposition_Anatomies_le lieu multiple montpellier_musee Atger_presse_midi libre_Montpellier_mars_2018

Retour en images sur le vernissage au N°5 galerie :

Ce diaporama nécessite JavaScript.